Et si c'était (quand même) la thyroïde ?

Et si c'était (quand même) la thyroïde ?

Votre TSH est normale, mais pourtant vous souffrez de symptômes évocateurs d'un ralentissement de la thyroïde : fatigue, difficultés à perdre du poids, chute de cheveux, constipation, frilosité… ? Vous avez parfaitement raison de vous en inquiéter : une TSH "normale" ne permet pas d'éliminer une hypothyroïdie et un bilan approfondi s'impose ! Article rédigé par le Dr Ariane Monnami

Pourquoi une TSH "normale" ne veut rien dire ?

Valeurs "normales" et valeurs optimales

Les valeurs de référence indiquées par le laboratoire ne sont pas établies d'après les analyses de personnes en parfaite santé.

En effet, chaque laboratoire établit ses propres normes à partir des analyses de plusieurs milliers d'échantillons prélevés par le laboratoire même.

Mais qui sont les personnes qui viennent faire des analyses ? En majorité, ce ne sont pas des personnes jeunes et en bonne santé, mais plutôt des personnes qui présentent déjà des anomalies.

C'est à partir de ces résultats que l'on établit des "valeurs limites" pour les tests hormonaux... Et, selon les lois de la statistique, on décide ensuite que 95 % de cette population se situe dans des valeurs "normales"... OUPS !!!

On ne dose pas les bons paramètres

2ème cause d'erreur : pour évaluer le bon fonctionnement de votre thyroïde, votre médecin se fie uniquement au dosage de la TSH, comme le lui imposent les recommandations officielles !

La TSH est l'hormone fabriquée par l'hypophyse pour indiquer à votre thyroïde qu'elle doit fabriquer plus d'hormones thyroïdiennes quand les taux sont trop bas dans le sang. C'est une sorte de pédale d'accélérateur.

Par contre, il n'existe pas de pédale de frein. Donc si les taux d'hormones sont trop hauts, l'hypophyse se contente de lever le pied de l'accélérateur en fabriquant moins de TSH.

En théorie :

  • une TSH haute signale donc une insuffisance en hormones thyroïdiennes (une hypothyroïdie)
  • une TSH basse signale au contraire un excès d'hormones thyroïdiennes (une hyperthyroïdie)

En partant de là, on a recommandé (ou plutôt imposé) aux médecins de doser uniquement la TSH, estimant que cela suffisait amplement au suivi des pathologies thyroïdiennes...

Malheureusement ce n'est pas si simple !

En effet, c’est la T4, l'hormone inactive, celle contenue dans le Lévothyrox, qui va freiner la fabrication de TSH.

On peut donc tout à fait avoir une TSH normale (et même basse), alors que la T3 libre, l'hormone active, est en quantité insuffisante, provoquant des symptômes d'hypothyroïdie !

Et ce n'est pas tout ! On peut avoir une T3 normale, mais des récepteurs cellulaires qui fonctionnent mal, provoquant là encore des signes d'hypothyroïdie !

Ce que les médecins semblent avoir oublié, c'est que la clinique (c’est-à-dire les symptômes présentés par le patient ou la patiente) doit toujours prévaloir sur les résultats d'analyses.

Et quand un résultat semble incohérent il faut chercher pourquoi !

Souffrez-vous d'hypothyroïdie clinique ?

Je vous propose de faire un petit questionnaire d'orientation.

Avez-vous les symptômes suivants :

  • prise de poids sans cause apparente (ou difficultés à perdre du poids malgré un programme bien suivi)
  • fatigue, surtout le matin, impression de vivre au ralenti, dépression
  • digestion lente, constipation
  • frilosité anormale, extrémités froides
  • rétention d'eau au niveau du visage et des doigts
  • peau sèche
  • perte de cheveux diffuse
  • cholestérol LDL trop haut
  • rigidité des doigts
  • canal carpien
  • fibromyalgie

Si vous présentez plus de 2 symptômes ci-dessus, il est fort probable que vous soyez victime d'un dysfonctionnement de la thyroïde ou que votre traitement ne soit pas adapté à vos besoins !

Ne vous contentez pas d'un "tout est normal" donné après un simple résultat de TSH

Je le répète : la clinique doit toujours prévaloir sur les résultats d'analyses.

Le bilan thyroïdien complet

Il est maintenant possible, dans certains laboratoires spécialisés en biologie nutritionnelle, de réaliser un bilan thyroïdien approfondi.

Un tel bilan va permettre de mettre en évidence différentes causes de dysfonctionnement :

  • insuffisance de précurseurs des hormones thyroïdiennes (tyrosine, iode)
  • insuffisance en cofacteurs
  • présence d'anticorps anti-thyroïde
  • anomalies de la transformation de T4 en T3
  • excès de transformation en T3-reverse inactive
  • anomalies de fonctionnement des récepteurs périphériques

À lire sur un sujet proche

Tout ce que vous devez savoir sur la thyroïde

Une conférence à voir en replay

Comme vous le voyez, tout cela est extrêmement complexe et j'ai donc décidé de réaliser une conférence sur le sujet.

Le titre de cette conférence : Et si c'était la thyroïde.

Pour voir le Replay de cette conférence du Dr Ariane Monnami, cliquez sur le lien ci-dessous

Je regarde le REPLAY

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Commentaires

Pas de commentaires actuellement.

Ajouter un commentaire

* Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires